Bali

West Bali National Park

Que ce soit sur terre ou sous l’eau, ce lieu du bout du monde mérite le détour.


Du bout du monde, j’exagère un peu, du bout de Bali c’est certain. L’île de Menjangan et le parc national de Bali Barat se situent à l’extrême nord-ouest de Bali et à plus de 4h de l’aéroport international de Denpasar. Cette destination n’est pas forcément la plus prisée des touristes car elle est excentrée par rapport à tous les autres lieux.

Tous les immanquables sont recensés sur cette carte

Je n’ai aucune action au sein de « l’alliance indonesia » mais je trouve que cette carte donne un bon aperçu.)

Comme vous le verrez, les principaux sites se trouvent au centre de l’île, ainsi qu’au Sud et à l’Est, de nombreux ferrys partants tous les jours vers les îles Gili et Lombok.

Alors oui, Menjangan se gagne.

Dans mon cas, étant venue une première fois à Bali et ayant visité notamment Ubud (ville culturelle – qui est aussi un haut lieu bobo / yoga des européens et américains souhaitant faire une retraite à Bali), Munduk et ses cascades, les rizières et les temples, je souhaitais faire l’ascension du mont Batur (à l’est de l’île) et la réserve de Bali Barat. Le mont Batur comme le Mont Agung étant sous vigilance en raison de feux de forêts. J’y repasserai plus tard (après la saison des pluies).

Direction donc Menjangan Island et Bali Barat !


J’ai d’abord décidé de faire un trek dans le parc national de Bali Barat ou aussi dénommé West Bali National Park. Le parc est une réserve protégée de presque 190 Km² en comptant les récifs coralliens et les bords de mer.

Comme dans de très nombreux cas, les parcs nationaux de Bali se visitent accompagné d’un guide. Ce dernier, Wayan, me propose un trek de 3h et je me dis que pour une remise en jambe, 3h c’est pas mal.


En fait de trek, comprenez balade. Comme une balade en forêt au parc de Saint Cloud (pour les parisiens), mais pas comme une balade dans les monts d’or pour les lyonnais (car les monts d’or c’est vallonné) et la dune du Pilat n’est pas vraiment comparable non plus.

Bref harnachée comme toute européenne digne de ce nom avec mes chaussures de trail, un pantalon de rando, mes antimoustiques, crèmes solaires, mon couteau suisse car on ne sait jamais… je réalise assez rapidement que je suis largement suréquipée.


Je découvre, à ce propos, au fur et à mesure de notre balade une nouvelle espèce qui ne figure pas dans les manuels. Celle du touriste occidental ayant exactement la même panoplie que moi. A chaque fois, d’un air plutôt amusé nous nous sourions en nous comparant avec l’équipement succinct de nos guides : tongs, short, bouteille d’eau et jumelles.


L’habit ne fait donc pas le moine et cette expression fût encore une fois vérifiée. Avec son regard aiguisé, Wayan me fait découvrir les différentes forêts qui composent Bali Barat (mangroves, forêt tropicale, forêt primitive et différentes végétations. A noter qu’au sein du parc il y a aussi une péninsule montagneuse « Prapat Agung » et une savane, mais je n’y suis pas allée). Ces végétations protègent les animaux tels que l’étourneau de Bali, le banteng, une espèce de bœuf sauvage (pas vu), des macaques, des singes noirs, des écureuils qui par la taille ressemblent à des furets. Pour vous donner une idée, vous prenez nos écureuils du Parc de Saint Cloud ou de Hyde Park à Londres, et bien vous multiplier par deux ou par trois.


Par ailleurs, Wayan m’explique que tous les bois qui sont, selon moi, morts (on ne voit à l’œil nu pas de preuve de vie) sont en fait en sommeil. Comme je visite le parc en fin de saison sèche, nombre d’hectares sont « desséchés ». Or Wayan, m’invite à revenir après la saison des pluies qui devrait débutée mi-novembre jusqu’en février car toute cette végétation reprendra vie et chaque arbre sera de nouveau vert émeraude.


Alors en dehors de la saison, un seul conseil pour profiter de cette balade, partez tôt (pas après 8h) car sinon la chaleur même sous les bois devient étouffante.

****

Après cette mise en jambe forestière, place à la plongée autour de l’ile de Menjangan.
Inhabitée et protégée, l’île de Menjangan abrite des cerfs ainsi que des temples hindous et est considérée comme l’un des meilleurs sites de plongée. Vous pourrez y faire aussi du snorkeling. Mais pour éviter de vous retrouver dans un jacuzzi, partez tôt (avant 8h), les Resorts alentours commencent leurs tours vers 9h / 9h30.


Ketut, mon « Buddy » (binôme), connait bien les différents sites de l’île et comment plonger sans être gêné par d’autres plongeurs. Alors nous partons tôt et c’est le paradis. Une mer d’un bleu turquoise, une visibilité de 20 mètres minimum…

4 plongées dans un aquarium. Un pur moment de bonheur.

Comme une photo vaut mille mots, voici quelques photos et vidéos réalisées grâce à la GoPro qui m’a été offerte à mon départ. Mille mercis encore une fois pour ce cadeau, qui me permet de partager avec vous ces moments précieux.





4 commentaires

  • Karen

    Salut Sarah,
    Merci pour tous ces articles que je lis avec plaisir depuis ton départ.
    Tu me fais voyager le midi, devant mon ordi avec mon plateau repas.
    Gaïa a adoré les photos de poissons, surtout le petit  » Némo » et les tortues.
    C’est drôle cette branche avec comme des boules à l’intérieur. On dirait comme des haricots dans une gousse.
    Gros gros bisous et profite bien.
    Karen

  • Isvi

    Extraordinaire….merci Sarah de nous faire partager ces moments de vie si riches et si intenses.
    Oui…ça fait rêver.
    Bravo à toi de te lancer sur les routes du monde….tu m’impressionnes.
    Bises
    Nadine

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.