• Vietnam

    One night only !

    Je pars de Kon Tum pour rejoindre la côte. Je prévois de faire les 250 kilomètres en deux jours. Lorsque j’arrive en début d’après midi sur le lieu de mon étape vers Quảng Ngãi, rien ne m’attire. Même pour une nuit, je n’ai pas envie de m’arrêter ici. Cela fait sept semaines que je rêve de la mer, de beauté et de simplicité. Alors, au lieu de décélérer, je passe la 4ème. Je m’engage sur la nationale, direction un bungalow les pieds dans l’eau. Une fois les 80 kilomètres engloutis, je passe devant l’hôtel que j’avais identifié. Nous sommes en fin de journée. Le lieu a l’air abandonné, délabré. Mon…

  • Vietnam

    Cân Tho’, Hô Chi Minh City, Hôi An

    C’est la première fois que j’écris mes aventures près de trois mois après les avoir vécues. C’est une expérience d’écriture nouvelle basée sur mes souvenirs et mes impressions. Aussi, pour partager avec vous ces étapes, je souhaite prendre un angle d’attaque différent. Pour chacune de ces trois villes, Cân Tho’, HCMC et Hôi An, je vais partager avec vous trois mots symbolisant mon ressenti ou bien le récit d’anecdotes. Pour Cân Tho’, me viennent à l’esprit : Galère : Le trajet de bus pour me rendre à Cân Tho’ dure plus de dix heures au lieu des quatre annoncées à mon départ de Kampot, au Cambodge. A chaque changement de minibus, cinq…

  • Les billets de Baloo,  Vietnam

    … Pour parler vietnamien.

    A mon arrivée au Vietnam, comme pour tous les autres pays traversés, je commence par apprendre les quelques mots de base : « bonjour », « merci », « oui », « non ». Puis, la situation liée au coronavirus m’oblige à rester plusieurs mois. Je cherche à approfondir mes connaissances. Je ne souhaite pas devenir bilingue mais pouvoir échanger simplement. Cette nécessité et envie sont renforcées par mon immersion dans des villages et petites villes où peu de vietnamiens parlent anglais. Je commence donc par des phrases simples : « Bonjour, je m’appelle Sarah. Je suis française ». Fière de mes deux phrases, je m’emploie à les utiliser. Mais je vois dans le regard de mes interlocuteurs qu’ils ne comprennent…

  • Vietnam

    KON TUM

    Où avez-vous passé votre confinement ? Chez vous ? En famille ou chez des amis ? A la ville ou la campagne ? Dans un petit appartement ou dans une maison avec piscine et jardin ? Cette question est l’une des plus posées en ce moment. Probablement, cette période marquera aussi les esprits des petits et des grands pour quelques décennies. Fera-t-elle partie des livres d’histoires de nos enfants ou petits-enfants ? Qui sait ? Pour ma part, je l’ai passé à Kon Tum. En lisant le « Routard », rien ne me prédestinait à tomber sous le charme de cet endroit. Voici la description : « Peu de voyageurs poussent jusqu’à cette grosse bourgade provinciale de 130.000 habitants, capitale de…

  • Vietnam

    A vos marques, Prêt, Partez !

    Le 16 avril, nous sommes tous dans des starting blocks. Le déconfinement pour la région de Kon Tum est acté. Le coup de feu libérant toute l’énergie et la frustration accumulées va retentir. De toutes les personnes jouant des coudes sur la ligne de départ, je suis en fin de peloton. Ma position d’étrangère me fait appréhender cette situation nouvelle avec prudence. Avant le confinement, certains habitants me regardaient avec crainte et appréhension. Pour quelques-uns, en tant que blanche, je suis toujours le symbole du virus et de sa propagation. Je ne peux me permettre de partir bille en tête. Alors, j’attends une journée de plus. Je ne suis plus…

  • Vietnam

    Attendre, tenir et espérer.

    Au 1er avril 2020, le confinement total commence. Je suis bloquée dans ma chambre d’hôtel à Kon Tum pour quinze jours. Cela fait 360 heures, 21 600 minutes. Dans les premières heures, telle une enfant, je m’imagine une aventure incroyable. Des souvenirs où j’avais créé tout un univers dans ma chambre d’enfant ou dans mon salon me reviennent. Un tipi, une tente faite de draps et maintenue avec un étendage et ma bibliothèque … Il y a quelques années, j’avais voyagé aux portes du désert depuis mon salon. J’avais installé une tente Quechua, collée des étoiles phosphorescentes, mis des serviettes en guise de tapis et préparer des mezze. Pas de lumières,…

  • Vietnam

    En route vers le confinement

    Je passe la frontière terrestre entre le Cambodge et le Vietnam à Hà Tien le 1er mars. A ce moment-là, rien ne me prépare au cours des dix heures de bus de Kampot à Can Tho à vivre ce qui suivra : être bloquée puis confinée à Kon Tum. Retour sur un mois qui a changé mes perspectives de voyage. Au 1er mars, le monde parle de coronavirus depuis plus d’un mois. Cependant comme beaucoup, je minimise ce qui sera une crise sanitaire mondiale. Je m’agace de toutes ces personnes qui dramatisent. Pour garder les pieds sur terre, on parle de la grippe, d’Ebola ou de la famine qui tuent des…

  • Cambodge

    Kampot

    Aimez-vous cuisinez ? Aimez-vous les épices ? Si vous répondez Oui, alors vous connaissez l’un des poivres les plus réputés au monde : le poivre de Kampot. Compte tenu de mon nom et étant épicurienne, je prends le train de Phnom Penh pour Kampot pour découvrir son terroir et ses plantations. C’est un train composé d’un wagon unique d’une cinquantaine de places. Il est complet. Se mêle à parts égales touristes et cambodgiens. Le trajet dure environ quatre heures. Mais dès le départ, les mains pleines de cambouis du mécanicien me disent que cela prendra bien plus longtemps. Nous voyageons lentement. Nous nous arrêtons souvent. A chaque fois le mécanicien, le conducteur et…

  • Cambodge

    Phnom Penh

    Phnom Penh est une ville aux multiples visages. Au fur et à mesure de mes pérégrinations, je la découvre. Je commence par la ville des marchés : le marché central, le marché russe qui n’a de russe que le nom traduit du Phsar Tuol Tompoung , le marché Orussey, à ne pas confondre avec le marché russe, le marché de nuit et tant d’autres. Tous les étals se mélangent. On y trouve toutes les pièces nécessaires pour réparer un scooter à côté des produits ménagers. Quelques allées plus loin, les vêtements et les babioles kitch et en toc. En son centre, la partie bijouterie de pacotille ou de valeur. Tout…

  • Cambodge

    Les Khmers Rouges

    Il est difficile d’aller au Cambodge sans s’intéresser à son histoire. Qu’elle soit celle glorieuse des temples d’Angkor ou celle tragique des Khmers Rouges. Quels que soient les lieux, les personnes rencontrées, les ONG en place, tout rappelle le passé sanglant et les horreurs perpétrées pendant près de quatre années entre le 17 avril 1975 et le 25 décembre 1978. Qu’avais-je appris au lycée ? Peu de choses. Alors dès que notre guide à Angkor, Kim, commence à parler de sa famille, de son histoire mais aussi de la situation générale au Cambodge, j’ai besoin d’en savoir plus. Je me plonge dans la lecture des ouvrages à notre disposition pour…